samedi 25 mars 2017

Balade au salon Livre Paris

Aujourd'hui, je me suis rendue au salon Livre Paris.
Je n'en suis pas partie très tard, peu avant 14h, mais j'en ai bien profité, puisque j'ai fait l'essentiel de ce que je voulais faire, à savoir le tour du salon et ses différents stands, et rencontrer un auteur qui me tient à cœur.

Je ne me suis pas encombrée de mon appareil photo, alors voici quelques prises avec mon smartphone, pas exceptionnelles, mais qui donnent tout de même un aperçu du salon.


Je tenais à rencontrer Franck Bouysse, auteur que j'affectionne particulièrement, afin de lui faire dédicacer ses romans "Plateau" et "Grossir le ciel".
Deux coups de cœur que je vous recommande vivement.

Je suis très heureuse d'avoir pu échanger quelques mots avec cet auteur sur le stand du Livre de Poche.


Sur le stand des éditions de l'Aube, j'ai eu la surprise de tomber sur un extrait de
mon avis Babelio, au sujet du livre "La disparue de Mazunte", de Daniel Quirós.





Point de vue depuis l'air de pique-nique

Benoît Hamon venu s̶e̶ ̶m̶o̶n̶t̶r̶e̶r̶  visiter le salon.










Douglas Kennedy répond à une question.





Michel Bussi en dédicaces



Malgré la foule, c'est un salon qui reste très agréable. Je tiens d'ailleurs à remercier les éditions Payot pour les invitations, sans quoi je n'y serais probablement pas allée, l'entrée payante pouvant être un frein.

Pouvoir rencontrer ses auteurs favoris dans cette immense librairie est vraiment appréciable, même si visiblement, il fallait parfois s'armer de patience au vu des files d'attente !

Ce salon permet également de mettre en avant certaines maisons d'édition que l'on ne connaît pas forcément, et j'ai ainsi pris quelques notes afin de jeter un œil sur leur catalogue plus tranquillement par la suite.

jeudi 23 mars 2017

"Grossir le ciel", de Franck Bouysse

Résumé :

L’abbé Pierre vient de mourir. Gus ne saurait dire pourquoi la nouvelle le remue de la sorte. Il ne l’avait pourtant jamais connu, cet homme-là, catholique de surcroît, alors que Gus est protestant. Mais sans savoir pourquoi, c’était un peu comme si l’abbé faisait partie de sa famille, et elle n’est pas bien grande, la famille de Gus. En fait, il n’en a plus vraiment, à part Abel et Mars. Mais qui aurait pu raisonnablement affirmer qu’un voisin et un chien représentaient une vraie famille ? Juste mieux que rien. C’est justement près de la ferme de son voisin Abel que Gus se poste en ce froid matin de janvier avec son calibre seize à canons superposés. Il a repéré du gibier. Mais au moment de tirer, un coup de feu. Abel sans doute a eu la même idée ? Non.
Longtemps après, Gus se dira qu’il n’aurait jamais dû baisser les yeux. Il y avait cette grosse tache dans la neige. Gus va rester immobile, incapable de comprendre. La neige se colore en rouge, au fur et à mesure de sa chute. Que s’est-il passé chez Abel ?



Titre : Grossir le ciel
Auteur : Franck Bouysse
Editeur : La manufacture de livres
Pages : 199



Mon ressenti :

J'ai découvert Franck Bouysse en lisant Plateau l'année dernière. J'avais été secouée par cette lecture et il fallait que je découvre d'autres titres de cet auteur. C'est donc chose faite avec "Grossir le ciel", et ça ne s'arrêtera sûrement pas là.

Franck Bouysse a cette particularité de savoir mettre en scène des personnages ordinaires, plutôt banals, de manière à captiver immédiatement l'intérêt du lecteur.
Une plume toujours réaliste avec cette touche de poésie qui colle si bien aux situations et à cette nature brute. Cette dernière incarne presque un personnage à part entière tant sa présence est ancrée tout au long de cette histoire.
Nostalgie, solitude, souvenirs, secrets et vies bancales sont superbement racontés par l'auteur, le tout dans une ambiance sombre.

Poignant, sublime, empreint d'une grande noirceur... avec une lueur d'espoir. Bouleversant au point de finir la lecture en larmes. Un coup de coeur !