dimanche 31 janvier 2016

"La Perle et la Coquille", de Nadia Hashimi

Résumé :

Kaboul, 2007 : les Talibans font la loi dans les rues. Avec un père toxicomane et sans frère, Rahima et ses soeurs ne peuvent quitter la maison. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à la jeune Rahima de se travestir jusqu'à ce qu'elle soit en âge de se marier. Elle jouit alors d'une liberté qui va la transformer à jamais, comme le fit, un siècle plus tôt, son ancêtre Shekiba. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.

Titre : La Perle et la Coquille
Auteur : Nadia Hashimi
Editeur : Milady
Pages : 538


Mon ressenti :

La Perle et la Coquille, une lecture tellement passionnante que je n'ai pu m'endormir sans avoir tourné la dernière page. Je l'ai terminée hier soir, à 2h25...

On découvre la vie de ces femmes, fillettes, et adolescentes afghanes, une vie qui ne les épargne pas, une vie qui ne les destine qu'à servir l'homme.
Tant pis pour elles si la nature ou les accidents de la vie sont source d'infirmité, ou ne serait-ce une petite imperfection. Il leur faudra en subir les conséquences, les regards, les moqueries, les coups...

Nous suivons le destin de deux d'entres elles, Rahima, dont la mère a eu le malheur de n'enfanter que des filles, et son arrière-arrière-grand-mère Shekiba. On suit ces deux parcours, loin d'être sans embûche. Le récit alterne ainsi entre leurs deux histoires, entretenant un certain suspense.
Peu à peu, au fur et à mesure que l'on apprend à les connaître, on s'attache à elles.
Un siècle les sépare, et pourtant, on réalise que les choses sont loin d'être différentes pour les femmes.
Cette vie est bien difficile, souvent terrible, et cela nous est très bien conté. Ces femmes doivent se taire, obéir, subir la brutalité des hommes ainsi que la méchanceté des autres femmes.

Un récit réaliste et prenant qui met en lumières les conditions de vie des femmes afghanes, on ne peut rester indifférent face à ce qu'elles endurent.
Ce joli pavé écrit sans tabou et avec des mots justes se lit sans difficulté.
Une histoire émouvante et bouleversante, heureusement teintée d'espoir.

mardi 26 janvier 2016

"Surtout ne mens pas", de Elena Sender

Résumé :

Elle est une violoniste virtuose. Il est un chercheur islandais de renom, spécialisé dans l'étude du cerveau. Laura et Erik vivent à Paris. Un couple uni, passionné, admiré.

Jusqu'à cette fête, pour les quarante ans d'Erik. Il est retrouvé inconscient, pendu à un fil barbelé. Suicide ? Tentative de meurtre ? Tout réussissait à Erik qui venait d'isoler une molécule révolutionnaire agissant sur le cerveau.

Pour Laura, le monde s'écroule. Quelles recherches menait précisément Erik ? Elle découvre qu'il avait d'étranges fréquentations. On la poursuit, on la traque dans les rues de Paris. Sa vie est en danger. Autour d'elle, des hommes sont abattus. Dans sa quête de vérité, elle se retrouve plongée dans un monde de terreur.

Avant de sombrer dans le coma, Erik avait laissé un texto à Laura : " Plus possible de vivre dans le mensonge... "

Titre : Surtout ne mens pas
Auteur : Elena Sender
Editeur : XO
Pages : 349


Mon ressenti :

On est rapidement plongé dans l'intrigue, ça commence plutôt fort dès le début. A partir de ce premier événement, on aura toujours envie d'en savoir plus. Difficile de lâcher le livre !
On va de découverte en découverte, on a des soupçons, mais aucune certitude. L'intrigue est vraiment très bien ficelée. L'histoire est ponctuée de flash-backs qui nous amènent petit à petit à mieux cerner les événements et les personnages.
Les rebondissements rythment le récit juste comme il faut, jusqu'au dénouement final, et je dirais même jusqu'aux toutes dernières lignes que je n'avais pas vues venir.
Le thème de la génétique ne pose aucun problème de compréhension, il est exposé ici avec clarté, ce qui nous donne au final un joli thriller scientifique.
Un très bon moment de lecture.

dimanche 24 janvier 2016

"Mystères et diableries sous Louis XI - I - Les Loups du Pontet", de Alain Bosc

Résumé :

Trois paysannes disparaissent dans une forêt enneigée. Deux jours plus tard, c’est une famille entière qui est sauvagement massacrée. Paula et Thomas enquêtent. Paula qui cache à tous son identité féminine pour vivre une vie bien plus exaltante que celle réservée alors aux femmes. Thomas, né, quand les Anglais tenaient l’Aquitaine, d’une mère Bordelaise et d’un père marchand Anglais. Le village du Pontet, niché dans une forêt du Sud de Bordeaux est bientôt au centre de la menace...

Titre : Mystères et diableries sous Louis XI - I - Les Loups du Pontet
Auteur : Alain Bosc
Editeur : auto-édité
Pages : 232



Découverte...


J'ai découvert cette lecture par hasard, je dirais même plutôt par chance.
Je suis toujours ravie à l'idée de découvrir des livres que je ne connais pas, à partir du moment où l'histoire et/ou le genre me tente.
C'est pourquoi je n'hésite pas à participer à différents concours proposant de gagner des livres. Cela me permet même de découvrir des lectures vers lesquelles je ne me serais pas forcément tournée.
C'est ce qu'il s'est passé avec ce premier tome de "Mystères et diableries sous Louis XI : Les loups du Pontet".
Je n'en avais jamais entendu parler, et lorsque je suis tombée sur un concours mettant en jeu cette lecture, j'ai tenté ma chance.
Voilà donc comment il a atterri dans ma bibliothèque, grace au blog "Les lubies d'Eole" (n'hésitez pas à y jeter un œil !).


Mon ressenti :

L'époque à laquelle se déroule le récit a suscité ma curiosité, c'est un cadre historique qui me donnait envie d'en savoir plus. J'aime ces retours en arrière qui nous font découvrir des temps révolus, je trouve cela encore plus dépaysant, et c'est en partie ce que je cherche via la lecture.

Au tout début, je dois avouer que j'ai eu un peu de mal à me familiariser avec les personnages, à savoir qui était qui. Finalement, cela n'a pas entaché ma lecture, puisque j'ai assez vite assimilé ces informations (la page récapitulant la liste des personnages est bien pratique).

On plonge rapidement dans une enquête à l'intrigue prenante, on découvre peu à peu les complots et mystères qui s'y trament, le tout au travers d'une époque médiévale très bien restituée.

L'écriture est soignée, l'auteur a un style très agréable. C'est fluide, les pages défilent sans difficulté.

Ce polar historique à l'intrigue bien ficelée s'avère être une lecture vraiment très captivante jusqu'au dénouement.
Au final, il en a résulté pour moi l'envie de découvrir le 2nd tome pour prolonger les aventures de nos protagonistes (et le 3ème tome est également disponible).

vendredi 22 janvier 2016

Mes récentes acquisitions...

Voici mes acquisitions livresques de ces derniers jours...



Un accessoire indispensable pour tout lecteur !

J'ai reçu un très joli marque-page, que j'ai gagné grâce à un concours organisé par "Les chroniques d'AlPaca".

Je trouve l'illustration toute mignonne, elle représente à la fois parfaitement la lecture et l'univers d'Al et Paca.
Et en plus de ça, il affiche de jolis reflets.
N'hésitez pas à cliquer sur l'image pour l'agrandir.



J'ai également accueilli quelques livres...

Depuis peu, il est possible de commander des livres au format papier directement sur la boutique des Editions Hélène Jacob au lieu de passer par un intermédiaire, alors j'en ai profité et j'ai choisi les 3 livres que voici :

"LA 3E GUERRE", "RÉMORAS", "Le clan du Sanglier"

J'ai lu de bonnes critiques à leur sujet, et le résumé de chacun de ces titres me tentait bien.



Par ailleurs, j'ai reçu ces 2 livres, "Marion 13 ans pour toujours" et "STOP au harcèlement !" (éditions calmann-lévy) que j'ai eu la chance de gagner sur le blog "Passion des livres".

On comprend tout de suite de quoi il est question avec cette accroche "Le harcèlement scolaire tue".

C'est un sujet d'actualité, je suis curieuse de lire cet hommage, qui peut-être permettra à certains d'ouvrir les yeux.



Et enfin, j'ai profité des soldes à la Fnac, et j'ai fait une commande de livres à petits prix (60 et 80 % de réduction), des titres plus ou moins récents :

- "Le gué du Loup", de Jacqueline Mansas : Une énigme policière au Moyen-Âge, il n'en fallait pas plus pour me tenter !

- "Cannelle", de Martine Provis : Je suis simplement curieuse de découvrir l'histoire de cette petite teckel.

- "Doña Isabel ou la Véridique et très mystérieuse histoire d'une Créole perdue dans la forêt des Amazones", de Christel Mouchard : Les critiques et le résumé me tentent bien, et puis il faut dire qu'avec un titre pareil, on a envie d'en savoir un peu plus.

- "Mon nom est Jamaïca", de José Manuel Fajardo : un roman d'aventures que j'ai bien envie de découvrir.



Et voilà, il ne me reste plus qu'à vous souhaiter un bon appétit livresque !

mercredi 20 janvier 2016

"Horrorstör", de Grady Hendrix

Résumé :

Il se passe quelque chose d’étrange au magasin de meubles Orsk à Cleveland, en Ohio. Ces derniers temps, les employés découvrent, en arrivant le matin, des étagères Kjërring démontées, des piles de gobelets Glans renversées, des armoires Liripip fracassées… Les ventes sont en berne, les responsables de rayon paniqués : les caméras de surveillance ne montrent rien d’anormal. Pour lever le mystère, une équipe de trois employés s’engage à rester sur place toute une nuit. Au coeur de l’obscurité, ils arpentent les allées du showroom désert, courent après d’inquiétants bruits et finiront pas se confronter aux pires horreurs…

Titre : Horrorstör
Auteur : Grady Hendrix
Editeur : milan et demi
Pages : 240


Mon ressenti :

Au moment de la parution de ce livre, j'étais très intriguée par sa couverture.
Je pense que tout le monde, ou presque, aura remarqué sa ressemblance avec un catalogue IKEA. On y trouve même un bon de commande !
Ce rapprochement concerne également son format, plutôt inhabituel pour le coup, et finalement assez pratique lors de la lecture, mais un peu moins pour le ranger dans la bibliothèque.

La lecture est fluide, l'écriture simple, les 240 pages défilent sans que l'on s'en rende compte.
J'ai beaucoup aimé ce récit qui devient de plus en plus flippant au fur et à mesure que l'on plonge dans l'histoire.
L'immersion dans Orsk est en effet de plus en plus perturbante en même temps que les phénomènes étranges se multiplient.
Les illustrations de meubles, toujours dans l'esprit catalogue, sont bienvenues, bien pensées, d'autant plus lorsque ces meubles laissent place peu à peu à des outils d'un autre genre... collant ainsi parfaitement au récit de plus en plus oppressant.

Une lecture efficace et prenante jusqu'aux toutes dernières pages. Vous verrez peut-être d'un autre œil vos prochaines visites de magasins d'ameublement... ;)

lundi 18 janvier 2016

"Le masque du gerfaut" et "L'amour au temps de la guerre de Cent Ans", de Sonia Alain

"Le masque du gerfaut"


Résumé :

En l’an 1335, le roi d’Angleterre revendique la couronne de France, ce qui plonge les deux pays dans une guerre sans pitié. Joffrey de Knox, un guerrier puissant de Bretagne, a décidé de s’allier à l’Angleterre, y voyant l’opportunité d’étendre son territoire et de s’enrichir davantage. Comme son père avant lui, il convoite surtout les terres du sud qui appartiennent au seigneur de Vallière, petit-cousin du roi de France. Pour parvenir à ses fins, le seigneur de Knox décide qu’il est temps de se présenter devant la veuve de Vallière pour réclamer son dû : la main de sa fille qui, alors qu’elle n’était encore qu’une enfant, avait fait l’objet d’une promesse de mariage par son père pour régler une dette de jeu. Mais Joffrey de Knox ignore qu’Anne de Vallière est une jeune fille énergique et déterminée, qui se dressera courageusement sur son chemin… Elle saura trouver la force de supporter son sort grâce aux amitiés qu’elle noue dans l’entourage de ce seigneur craint de tous. Sensible et intelligente, Anne s’efforcera de percer le mystère de cet époux qui lui a été imposé, car derrière les colères et la brutalité de Joffrey, elle devine chez celui-ci une personnalité complexe où la dureté masque des blessures profondes.

Titre : Le masque du gerfaut
Auteur : Sonia Alain
Éditeur : vlb éditeur
Pages : 288


Mon ressenti :

Il ne m'a fallu qu'une seule journée pour lire ce livre, l'été dernier, mais je m'en souviens encore très bien aujourd'hui.

La plume de Sonia Alain est captivante, à tel point que je n'ai pu lâcher ce roman qu'une fois ma lecture achevée.
Elle décrit parfaitement les personnages et leur environnement. J'affectionne particulièrement le Moyen-Âge, je n'ai eu aucun mal à m'imaginer les décors de cette époque ainsi que les différents protagonistes.
On sent que l'auteure elle-même est passionnée par cet univers médiéval, tant il est bien restitué. Les descriptions, les détails, tous les ingrédients sont là pour absorber le lecteur.

Les personnages principaux ont des caractères forts et n'en sont finalement pas moins attachants.
L'intrigue est prenante, le cadre historique parfaitement décrit.

Pour résumer, c'est une romance historique qui nous happe et ne nous lâche plus !


"L'amour au temps de la guerre de Cent Ans"


Résumé du tome 1, "La tourmente" :

Nous sommes en l’an 1346. La guerre en France fait rage, opposant le roi Philippe VI de Valois à son homologue anglais Édouard III. Jeanne de Belleville, une Bretonne de haute noblesse, voit sa vie détruite par l’interminable conflit. Animée par un désir de vengeance après avoir perdu son époux dans des circonstances horribles, elle déclenche des hostilités contre le monarque français. Édouard s’empresse alors d’accorder son appui à cette dame qui, l’espère-t-il, l’aidera à vaincre le seigneur Joffrey de Knox, un de ses plus dangereux ennemis. Knox, un transfuge anglais et guerrier redoutable dans le camp adverse, a renoncé à tout ce qui le définissait auparavant par amour pour son épouse Anne de Vallière. Lui qui se battait jadis dans l’armée d’Édouard III a pris les armes aux côtés du roi français, une trahison que le souverain anglais ne peut lui pardonner.Les batailles sont légion durant la terrible guerre de Cent Ans. Les ennemis sont partout, les complots et les trahisons se multiplient. Et pour ajouter du drame à cette grande noirceur, la peste menace de décimer le peuple. Anne de Vallière fera tout en son pouvoir pour épargner son époux et ses enfants de ces malédictions, se montrant aussi rusée que ses détracteurs. Au cœur de l’adversité, trouvera-t-elle la force de faire face à son destin ?

Titre : L'amour au temps de la guerre de Cent Ans, tome 1, La tourmente
Auteur : Sonia Alain
Éditeur : Les Editeurs Réunis
Pages : 320

Résumé du tome 2, "L'inssoumission" :

En 1349, une guerre qui semble durer depuis toujours entre la France et l'Angleterre ne cesse de faire de nouvelles victimes dans les deux camps. Forcée de fuir vers des contrées lointaines, Anne de Vallière aura à faire face à une culture diamétralement opposée à ses croyances. Comment affronter la dure réalité des harems que veut lui imposer son époux, mais surtout, comment protéger ses enfants dans cet environnement hostile ? Hélas, quand celui qu'elle aime prend le rôle de cheikh auprès du sultan, il devient un tout autre homme. Quelqu'un qui lui est totalement étranger. Pendant ce temps, en France, le passé trouble de Joffrey de Knox refait surface, fragilisant le lien qui l'unit à Anne. La jeune femme devra regagner la cour du roi afin de se battre pour préserver ce qui lui appartient de droit. Jusqu'où sera-t-elle prête à aller par dévotion pour Joffrey ? L'amour à lui seul sera-t-il suffisant pour contrer la haine qui déchire les deux royaumes et l'insatiable soif de pouvoir des hommes ? Plus qu'un roman d'amour intemporel : une conclusion épique et riche en émotions à une grande saga historique.

Titre : L'amour au temps de la guerre de Cent Ans, tome 2, L'insoumission
Auteur : Sonia Alain
Éditeur : Les Editeurs Réunis
Pages : 344


A savoir :

Avant tout, je précise que dans "Le masque du gerfaut", nous découvrons comment se rencontrent Anne et Joffrey.
Les 2 tomes de "L'amour au temps de la guerre de cent ans" prennent le relais. Toutefois, il n'est pas obligatoire d'avoir lu "Le masque du Gerfaut" pour apprécier le récit.
En effet, Sonia Alain prend soin de nous délivrer les informations nécessaires pour la bonne compréhension de leur relation.
Cela dit, si vous le pouvez, n'hésitez pas à vous procurer Le Masque du Gerfaut pour commencer par cette lecture.
Le tirage est épuisé, et j'ai eu la chance de le trouver en très bon état d'occasion. Espérons qu'il sera réédité !

Mon ressenti :

N'hésitez pas à vous jeter sur les 2 tomes de "L'amour au temps de la guerre de cent ans".
Le récit y est tout aussi palpitant que dans "Le masque du gerfaut", et les aventures de Joffrey et Anne encore plus passionnantes, avec leur lot de rebondissements ! On ne s'ennuie pas un seul instant.

Une savoureuse saga historique où se mêlent amour, aventure et violence.





"Les Infâmes", de Jax Miller

Résumé :

Freedom Oliver, alcoolique et suicidaire, a passé dix-huit ans à se cacher dans une petite ville de l’Oregon, sous protection du FBI. Hantée par son passé douloureux et la mort brutale de son mari, elle souffre d’avoir abandonné ses deux enfants pour échapper à la vengeance de son beau-frère. En apprenant la disparition de sa fille Rebekah, élevée par un pasteur aux croyances radicales, elle part avec l’énergie du désespoir pour le Kentucky. Après tant d’années à se cacher, quitter l’anonymat c’est laisser à son bourreau l’occasion de la retrouver. Et de se venger.
Entre les paumés magnifiques, les flics indélicats, les dégénérés de sa belle-famille et de dangereux fanatiques religieux, son périple tourne à l’odyssée.

Titre : Les infâmes
Auteur : Jax Miller
Editeur : Ombres Noires
Pages : 352

Mon ressenti :

Au début de la lecture, pendant quelques pages, j'étais quelque peu déboussolée.
En fait, je ne m'attendais pas à être plongée directement dans une atmosphère aussi noire, aussi glauque. Cet environnement est très bien retranscrit, que ce soit au travers des personnages ou des décors.
Je m'y suis toutefois assez vite familiarisée. Ça commence fort, et j'ai été rapidement happée par l'histoire, et plus je tournais les pages, plus j'avais hâte d'en connaître la suite et son dénouement.

J'ai beaucoup aimé le personnage principal. Bien que souffrant d'alcoolisme et ayant des penchants suicidaires, il se cache derrière cette barmaid une femme au caractère bien affirmé et non dénuée de ressources. Certains personnages sont vraiment ignobles et collent parfaitement à l'ambiance plutôt sinistre.

Le suspense est au rendez-vous, le récit est bien rythmé et l'écriture soignée.
Un superbe roman noir, très sombre et dans lequel on n'a pas le temps de s'ennuyer.

Ce premier roman de Jax Miller est un coup de cœur, et j'espère qu'elle nous surprendra de nouveau.