lundi 14 mars 2016

"A la grâce des hommes" de Hannah Kent

Résumé :

Agnes Magnúsdóttir, servante dans l'Islande austère et violente du XIXe siècle, est condamnée à mort pour l'assassinat de son amant et placée dans une ferme reculée en attendant son exécution. Horrifiés à l'idée d'héberger une meurtrière, le fermier, sa femme et leurs deux filles évitent tout contact avec Agnes, qui leur inspire autant de peur que de dégoût. Seul Tóti, le révérend chargé de préparer la jeune femme à sa fin prochaine, tente de la comprendre. Au fil des mois, Agnes raconte sa vérité, aussi terrible soit-elle à accepter. Mais la justice des hommes est en marche, et pourquoi Agnes réapprendrait-elle à vivre si c'est pour mourir ?

Inspiré d'une histoire vraie, A la grâce des hommes est un roman sur la vérité, celle que nous pensons connaître et celle à laquelle nous voulons croire. Avec ce premier roman à l'atmosphère lyrique et ample, Hannah Kent s'impose d'ores et déjà comme l'un des grands écrivains de sa génération.


Titre : A la grâce des hommes
Auteur : Hannah Kent
Editeur : Presses de la Cité (15 mai 2014), Pocket (28 janvier 2016)
Pages : 400 ou 384 (poche)


Mon ressenti :

J'avais très envie de découvrir ce roman. L'histoire prend en effet place en Islande, pays que j'affectionne tout particulièrement.
Je connais l'Islande actuelle, sa nature sauvage splendide, ses grandes étendues, ses champs de lave, ses cascades, son sable noir, ses habitants qui savent se montrer chaleureux... Mais finalement, j'ignore tout des siècles précédents. J'étais donc curieuse de découvrir cette Islande du 19è siècle au travers de ce roman basé sur des faits réels.

L'Islande de cette époque s'avère moins accueillante que de nos jours. La vie que l'on y mène, le climat hostile, les fermes délabrées, la pauvreté, le travail rude... Tout cela peut s'avérer bien lourd pour ses habitants. On y découvre toutefois des personnages qui, malgré ces conditions de vie difficile, peuvent finalement faire preuve d'humanité, tandis que d'autres demeurent froids et conservent leurs regards réprobateurs.

Le récit, intelligemment construit, alterne entre un point de vue extérieur, et un point de vue interne, celui d'Agnès. Au fur et à mesure que celle-ci dévoile son histoire, sa vérité, on s'attache à son personnage et on veut en savoir toujours plus.
L'histoire de cette condamnée est entraînante, aussi bien par le réalisme des scènes de vie dans cette Islande ancienne que par le voile qui se lève peu à peu sur les événements. L'écriture est fluide, j'ai dévoré ce livre captivant en peu de temps.

Un roman passionnant du début à la fin, bouleversant, l'émotion est à son comble dans les dernières pages. Une injustice terriblement bien narrée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire