vendredi 3 mars 2017

"La disparue de Mazunte" de Daniel Quirós

Résumé :

« J’avais pensé qu’en arrivant ici, je pourrais le voir avec les yeux de ses souvenirs, ressusciter la vie qui se cachait dans ceux-ci ; mais tout avait l’air éteint, comme dans l’expectative, en voie de décomposition ou attendant de pouvoir naître. »
Julio Flores a quitté son Costa Rica natal pour faire ­carrière dans la finance aux États-Unis. S’il daigne appeler de temps en temps ses parents, il a complètement tourné le dos à son passé… jusqu’à ce jour où il apprend que sa sœur est portée disparue en mer, le long des côtes mexicaines. Ce sera le début d’un long processus pour le jeune homme qui, lentement, va sortir du déni que constitue son existence pour se confronter au réel. ­Renouant avec ses racines, acceptant de porter le poids des souvenirs, il finira par partir sur les traces de Mariana, dans une quête désespérée pour retrouver un semblant d’authenticité. 
Un roman sombre et tranchant, tendre et nostalgique, qui dénonce l’hypocrisie, la perte de valeurs et l’oubli.



Titre : La disparue de Mazunte
Auteur : Daniel Quirós
Editeur : Editions de l'aube
Pages : 352


Merci à Babelio pour cette découverte dans le cadre de l'opération Masse Critique.


Mon ressenti :

La disparition de sa sœur est l'occasion pour Julio, le narrateur, de se plonger dans le passé, se rappeler des moments que le temps et des choix de vie différents ont fini par éponger.
Mariana est un personnage quelque peu énigmatique que l'on découvre au fil des pages, via ses lettres ou encore les souvenirs de son frère. L'une a fui le système, l'autre s'y était construit une place confortable, mais pour tous deux le bonheur semble illusoire.
Les chapitres alternent principalement entre le Mexique et un Costa Rica dont le fossé qui sépare les classes sociales est pointé du doigt. Un pays devenu presque méconnaissable aux yeux de Julio.

Une histoire qui oscille habilement entre présent et passé, entre la vie et la mort. Un voyage empreint de nostalgie, en quête d'une sœur presque oubliée et de racines perdues.

1 commentaire: