lundi 15 mai 2017

"Leopard Hall", de Katherine Scholes

 Résumé :

Anna Emerson, secrétaire de vingt-cinq ans, s'apprête à quitter Melbourne pour retourner sur sa terre natale du Congo : Karl, son père qu'elle n'a pas revu depuis dix-huit ans, est malade. Sur le lit de mort du vieil homme, Anna fait un serment : veiller sur Leopard Hall, sa villa remplie d'oeuvres d'art pillées aux Africains. Mais tout est remis en question lorsqu'elle découvre que Karl n'est pas son père biologique.
Pourquoi sa mère ne lui a-t-elle rien dit ? En quête d'indices sur son passé, Anna se lance sur les pistes aux côtés d'Eliza, mystérieuse photographe américaine. Mais dans ce pays fraîchement indépendant, livré aux rebelles simbas, les tensions sont vives, parfois sanglantes, et les deux femmes voient leurs chemins se séparer brutalement...

D'un palace colonial abandonné sur les bords du lac Tanganyika à un hôpital de mission dans la jungle, Anna finira-t-elle par trouver les réponses qu'elle cherche ? Et si c'était à Leopard Hall, ce lieu auquel elle tente d'échapper, que le destin lui avait donné rendez-vous ?


Titre : Leopard Hall
Auteur : Katherine Scholes
Editeur : Belfond
Pages : 640


Merci aux éditions Belfond pour cette lecture, dans le cadre du Cercle des lecteurs Belfond.


Mon ressenti :

Il m'arrive de dévorer certains livres, que ce soit en seulement quelques heures, ou bien plusieurs jours. A l'inverse, il y a des lectures qui ne me conviennent pas, où je peine à avancer.
Et enfin il y a ces livres, plus rares, où je veux prendre mon temps, savourer ces moments, m'imprégner tranquillement de l'histoire.
Leopard Hall fait partie de ces livres. J'aurais facilement pu lire en quelques jours ses plus de 600 pages, mais j'ai préféré m'attarder, le mettre de côté, repenser à ce que j'avais lu pour mieux y revenir. Je lis rarement de cette manière, j'ai plutôt l'habitude "d'avaler" les pages lorsqu'un livre me plaît. Pourtant, j'ai adoré découvrir ainsi ce Congo des années 60, ses protagonistes, leurs histoires, leurs secrets et leurs aventures.

Ce roman dévoile des personnages qui osent quitter un quotidien plutôt tranquille et rassurant, pour se mettre à la recherche de réponses à leurs questions, en quête de leurs racines dans un pays au climat politique instable et violent.
Tour à tour, le lecteur suit ainsi le quotidien d'Anna, quittant son Australie confortable afin de rencontrer son père malade, puis la vie de cet homme, Dan, prêt à s'engager comme mercenaire.
On voyage presque à leurs côtés, vivant avec eux leurs aventures et leurs rencontres, plus ou moins heureuses, oscillant entre espoir et désillusion.

Au fil des pages, le passé resurgit, les secrets se révèlent et amènent d'autres événements, d'autres interrogations, nous donnant l'envie de poursuivre la lecture afin de découvrir le destin des protagonistes.

Le dépaysement est au rendez-vous lors de cette lecture, on imagine sans peine cette époque pas si lointaine et ces paysages africains.

Ce roman, même s'il est fictif, s'inspire de faits réels. Il constitue une fenêtre ouverte sur un pan de l'Histoire congolaise que l'on ne connaît pas forcément. L'auteur suscite l'intérêt du lecteur, sans pour autant l'assommer de détails historiques, loin de là. En ce qui me concerne, je souhaite en savoir un peu plus sur ce pays. J'apprécie particulièrement lorsqu'un livre parvient à générer ce genre d'envie. Par ailleurs, je vais devoir me procurer d'autres ouvrages de Katherine Scholes, je suis bien tentée de découvrir d'autres aspects de l'Afrique à travers ses mots.

En résumé, des personnages attachants et un cadre dépaysant nous embarquent dans une quête passionnante, émouvante et instructive, au sein d'un Congo meurtri par les conflits.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire