mardi 6 juin 2017

"La ferme des Miller", de Anna Quindlen

Résumé :

Histoire d'amour, drames, secrets inavouables : à travers le destin d'une famille de Pennsylvanie, Anna Quindlen donne à lire tout un pan de l'histoire américaine de la seconde moitié du XXe siècle.
Petite fille précoce et curieuse, Mimi mène une enfance protégée dans la ferme familiale. Il y a là Bud, son père cultivateur et répare-tout ; Miriam, sa mère infirmière ; ses deux frères, le taiseux Eddie et le caïd séducteur Tommy ; ainsi que Ruth, sa tante, qui, pour une raison étrange, ne s'éloigne jamais de la maison. Un monde rassurant, fait d'éclats de rire et de joie, que Mimi pense immuable. Mais nous sommes en 1966 et ces jours heureux sont comptés...

La guerre du Vietnam qui laisse Tommy à jamais meurtri, la maladie qui frappe Bud, les drames passés de la tante Ruth... et cet impensable projet du gouvernement de transformer leur vallée en barrage. Ce monde que Mimi aime tant disparaîtrait englouti sous les eaux ? Qui désormais pour sauver la ferme et ses habitants ?
Alors qu'elle envisageait de quitter le village pour suivre des études de médecine et retrouver son amour d'enfance, Mimi va devoir faire un terrible choix. 


Titre : La ferme des Miller
Auteur : Anna Quindlen
Editeur : Editions Belfond
Pages : 320


Merci aux éditions Belfond pour cette nouvelle découverte au sein de la collection "Le Cercle", dans le cadre du Cercle des lecteurs Belfond.


Mon ressenti :

L'histoire de toute une famille, évoquée par l'un de ses membres, au cœur de laquelle se trouve Miller's Valley, menacée d'être inondée au nom du progrès.
Dans ce lieu où tout le monde, ou presque, se connaît, chacun évolue et suit son propre chemin, que celui-ci soit heureux ou non. Mimi, la narratrice, relate ainsi son enfance depuis ce milieu rural des années 60, le souvenir de ses parents, ses frères, leurs souffrances, leurs moments de bonheur, leurs secrets ou encore leurs erreurs.

Une fresque familiale riche en destins variés, où il est également question de maladie, de la mort, ou encore des conséquences de la guerre sur les hommes. Anna Quindlen évoque ces thèmes de manière réaliste à travers des protagonistes finement dessinés, avec leurs qualités et défauts, et parfois leurs faiblesses, leurs douleurs.

L'épilogue signe parfaitement la fin de ce roman, et l'on referme le livre avec un sentiment de nostalgie, comme si l'on avait vécu cette histoire et que ces souvenirs étaient en quelque sorte un peu les nôtres.

Une saga familiale magnifiquement racontée, qui peut résonner en chacun d'entre nous, dévoilant non seulement le portrait d'une famille, mais aussi et surtout le destin d'une femme et les réflexions sur sa vie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire