mercredi 20 juin 2018

"Vermines", de Romain R. MARTIN

Résumé :

Bourganeuf, petite commune isolée dans la Creuse. Arnaud Vallaud, jeune taxidermiste asocial et cynique, impose le respect par sa verve et sa mauvaise foi. Accompagné de Pascalin, le brave du village, il tient une boutique et mène une vie très monotone jusqu'au jour où une armoire normande écrase son chien. Son quotidien se transforme alors en une série d'aventures burlesques et tragiques. Hasard, accident ou vengeance ? On n'est jamais aussi seul qu'on le croit...


Titre : Vermines
Auteur : Romain R. MARTIN
Editeur : Flamant Noir
Pages : 181


J'avais eu l'occasion de croiser Romain R. MARTIN lors d'une séance de dédicaces, au salon Livre Paris 2018, en mars dernier, une rencontre brève mais qui laissait entrevoir un auteur très sympathique.
La 4ème de couverture de son roman m'intriguait particulièrement, j'en avais donc fait l'acquisition sans oublier de repartir avec une dédicace.



Mon ressenti :

Ce roman, c'est une sorte d'OVNI dans le paysage littéraire. Et ça fait du bien ! Une histoire un peu folle, qui commence assez fort avec ce chien écrasé par une armoire, un événement sordide qui donne le ton pour la suite.
Des personnages atypiques et des situations rocambolesques, le tout arrosé d'une bonne dose de cynisme et d'humour noir grinçant.
C'est efficace. Romain R Martin a un style bien à lui, une plume fluide et acérée qui embarque rapidement le lecteur à la découverte de ses vermines. Une histoire loufoque surprenante qui, cerise sur le gâteau, aboutit à un dénouement plutôt inattendu.

Une lecture unique, originale, à l'ambiance sombre et déjantée, dont les situations prêtent à sourire grâce à un humour décapant qui marque forcément les esprits.
Un premier roman à découvrir, et un auteur à suivre !



dimanche 10 juin 2018

"Les larmes noires sur la terre", de Sandrine Collette

Résumé :

Il a suffi d’une fois. Une seule mauvaise décision, partir, suivre un homme à Paris. Moe n’avait que vingt ans. Six ans après, hagarde, épuisée, avec pour unique trésor un nourrisson qui l’accroche à la vie, elle est amenée de force dans un centre d’accueil pour déshérités, surnommé «la Casse». 
La Casse, c’est une ville de miséreux logés dans des carcasses de voitures brisées et posées sur cales, des rues entières bordées d’automobiles embouties. Chaque épave est attribuée à une personne. Pour Moe, ce sera une 306 grise. Plus de sièges arrière, deux couvertures, et voilà leur logement, à elle et au petit. Un désespoir. 
Et puis, au milieu de l’effondrement de sa vie, un coup de chance, enfin : dans sa ruelle, cinq femmes s’épaulent pour affronter ensemble la noirceur du quartier. Elles vont adopter Moe et son fils. Il y a là Ada, la vieille, puissante parce qu’elle sait les secrets des herbes, Jaja la guerrière, Poule la survivante, Marie-Thé la douce, et Nini, celle qui veut quand même être jolie et danser. 
Leur force, c’est leur cohésion, leur entraide, leur lucidité. Si une seule y croit encore, alors il leur reste à toutes une chance de s’en sortir. Mais à quel prix? 


Titre : Les larmes noires sur la terre
Auteur : Sandrine Collette
Editeur : Denoël
Pages : 336




Mon ressenti :

Une plongée captivante dans un univers brutal qui n'épargne rien à ses protagonistes.
Un petit groupe de femmes attachant, aux profils variés, des vies loin d'être idéales, des parcours différents, et au final, un même destin dans ce lieu violent et crasseux.
Être un déchet parmi les déchets, n'être plus rien aux yeux de la société, voilà l'avenir pour les occupants de cette casse poisseuse. Un centre d'accueil qui n'a rien d'accueillant, les humains y sont entreposés comme de vulgaires objets dénués de tout intérêt.
Des conditions inhumaines, mais l'espoir, même ténu, fait vivre, ou plutôt survivre.

Une lecture prenante, sans concession, à la fois effrayante et émouvante, dans un univers particulièrement hostile, rythmée par les désillusions, la solidarité, l'espoir et la violence.